Ignacjańskie Dni Młodzieży
28 lipca - 1 sierpnia 2018 | Stara Wieś

L’Église d’aujourd’hui peut-elle attirer les jeunes? Les jeunes sont-ils encore intéressés à chercher leur place dans l’Eglise? Tenter de répondre à ces questions et d’autres similaires est toujours plus souvent l’objet de rencontres, conférences et discussions dans les milieux ecclésiaux. Cette présentation ne veut pas être une preuve pour défendre une thèse quelconque, plus ou moins optimiste, mais elle veut seulement faire part d’un lieu dans lequel les jeunes sont entrés, un lieu qui, comme ils le disent eux-mêmes, devra compter dans leur vie. Les Journées Ignatiennes de la Jeunesse (JIJ), organisées dès 2004 à Stara Wies en Pologne, représentent une ascension au sommet d’une montagne que l’on voulait depuis longtemps atteindre. Oui, l’image de la montée est adéquate, puisque le long de la route, on rencontre plusieurs aventures, dans des moments difficiles, qui sont parfois risquées. Il s’agit d’un voyage qui, à cause de différentes peurs, insécurités ou simplement par manque de volonté, peu de personnes entreprennent. Ceux qui en revanche en ont le courage, expérimentent quelque chose d’une grande valeur, dans la mesure où il s’agit d’un chemin qui ne se parcourt pas seul, et qui n’est pas sans but. Mais le jeune d’aujourd’hui sent-il le besoin de quelque chose de plus que le fait de ne pas être seul? Trouve-t-il une manière de vivre qui donne sens à la vie même? Il y a plus de trois ans, les jésuites polonais ont commencé à élaborer un programme formateur pour les jeunes des écoles supérieures (15-19 ans) concernant plusieurs aspects du développement de l’adolescent, parmi lesquels: la connaissance de soi, la construction d’amitiés, la création et le renforcement de la relation avec Dieu, à la fois au niveau personnel que communautaire, la reconnaissance des défis du monde moderne et l’engagement selon les âges et les possibilités propres de chacun dans la vie sociale, la connaissance des réalités de l’Église et la préparation à la prise de responsabilité pour la mission. Le programme entier, distribué sur une période de quatre années, s’appuie sur les Exercices Spirituels de S. Ignace de Loyola, en plus de la spiritualité jésuite. En peu de temps, les jeunes ont décidé de faire leur propre programme, en se donnant comme nom de communauté MAGIS. Jusqu’à maintenant, six communautés sont nées, desquels font partie environ 300 personnes, et quelques autres sont en cours d’organisation. Chaque communauté vit par soi-même: elle possède une structure définie, commune à tous, un programme à réaliser sur une base annuelle, ses propres règles et caractéristiques. Le responsable principal de la communauté locale est le modérateur, un jésuite, aidé par une équipe d’animateurs, choisis parmi les jeunes. Outre la formation durant l’année, les jeunes participent à des retraites MAGIS de neuf jours, dont le programme est d’ailleurs ouvert aussi à ceux qui n’ont pas de relation avec ces communautés.

L’objectif des JIJ est avant tout la célébration, dans une atmosphère de fête, de la rencontre de centaines de jeunes (environ 400), qui découvrent ce qui les lient entre eux. Une grande importance est accordée au fait de rester ensemble, puisque c’est l’occasion aux jeunes de se retrouver, alors qu’ils vivent dans un monde souvent fragmenté et dispersé. Angelika, une des participantes de la rencontre de l’an dernier, commente ainsi: « Les JIJ sont notre fête. La fête des jeunes. La fête de ceux qui de jour en jour vivent leur vie, et ont les problèmes qu’ils essaient de résoudre tant bien que mal. Nous ne sommes donc pas une élite ni des extraterrestres. Même si nous sommes différents et venons de différents endroits de la Pologne, un unique désir nous unit: par notre rencontre à Stara Wies, nous voulons louer le Seigneur et le Sauveur justement pour ce que nous sommes, et Le remercier du fait que l’homme n’est pas une ile isolée, mais a été créé pour vivre en communauté.» Nous aussi, jésuites, avons conscience qu’en puisant à la riche spiritualité ignatienne, nous avons beaucoup à transmettre à ces jeunes. Et il y a aussi un autre aspect, difficile à considérer: le témoignage de notre vie jésuite. Durant tout ce temps, le jeune peut facilement observer comme près de 30 jésuites réussissent à collaborer entre eux afin de réaliser l’ensemble du programme. Les JIJ, comme d’ailleurs toute la formation dans la communauté MAGIS, réunissent de nombreux aspects de la vie du jeune, et pour cela, le programme prévoit un temps pour la prière, l’eucharistie, les conférences thématiques rediscutées ensuite en petits groupes, ateliers, activités sportives et concerts. Le caractère jésuite du programme tient véritablement au fait que l’on puisse maintenir ce qui était si cher à S. Ignace, c’est à dire ‚la découverte de Dieu en toutes choses.′ « Bien sûr!» , nous confesse Ola, de Gdansk, qui a dû parcourir 800 km pour arriver à Stara Wies, « Il n’est pas possible de ne pas se rendre compte que Dieu est là, pendant les repas, durant la messe, les concerts, les conférences; son Nom était partout. Et il ne venait pas seulement des lèvres, mais aussi des cœurs, parce que c’est justement de là que nait l’amour de Dieu. J’estime que les JIJ m’ont énormément fortifié dans la foi, et je sais que j’avais besoin justement de cela, de faire l’expérience de ce très grand amour. »

Chaque édition des JIJ a son propre thème, et en particulier, celui de l’année dernière abordait la question ‚Amitié et amour′, c’est à dire ce qui, dans le cœur des adolescents, se manifeste comme nostalgie, rêve, joie désirée et aussi, parfois, désillusion, amertume, douleur. Les participants des JIJ ont eu la possibilité de se rencontrer avec les personnes invitées, lesquels leur ont présenté le thème selon différentes perspectives. Tout d’abord, l’approche biblique a principalement été illustrée par l’exégète P. Tomasz Kot, S.J. Le jour suivant, les hôtes invités étaient un couple, Anna et Jerzy Talar, qui ont parlé de l’amitié et de l’amour à partir de leur propre expérience, à commencer par le moment où ils se sont connus, en passant ensuite par la phase de l’amitié, puis de l’amour, les fiançailles et la décision pour une vie commune dans le mariage, jusqu’à la construction d’une autre étape dans leur amour, après plus de dix ans de vie maritale et familiale. Mais comme parfois cela arrive dans la vie, l’amour ou l’amitié ne sont pas toujours roses. Les jours suivants, des thèmes relatifs à différents dangers qui peuvent advenir dans la relation avec une autre personne ont été abordés. Pour cela, la spécialiste était Joanna Szostak, directrice d’un centre de correction pour jeunes filles, qui a concentré son intervention sur ses propres expériences de travail avec la jeunesse qui a gouté l’amertume de l’amitié et de l’amour. Après chacune de ses présentations, les jeunes ont eu le temps pour rediscuter le thème présenté d’abord en petits groupes, et aussi encore à travers les questions renvoyées aux invités. Chaque jour, à midi, les jeunes se réunissaient autour de l’eucharistie dans la basilique de Stara Wies. Le cadre liturgique, le groupe musical et les chœurs rendaient l’atmosphère de prière unique et inoubliable. Ainsi le décrivait une des participantes: « Le JIJ offrent la possibilité de rencontrer Dieu dans notre prochain. En ce sens, la messe devient une expérience vraiment touchante, à partir du moment où nous adressons tous nos prières à Dieu, nos désirs, nos remerciements. Il y a quelque chose d’extraordinaire dans la manière d’échanger le geste de la paix du Christ. Les personnes applaudissent de bonheur, elles frappent les tambourins, chantent et dansent dans le sanctuaire, dans notre maison, en louant Celui qui leur a permis d’être là, qui a permis de se nourrir de chaque moment vécu avec tous les autres. » Les eucharisties étaient célébrées par les hôtes, les modérateurs des communautés, ainsi que par des jésuites ordonnés depuis à peine un mois et qui donnaient ensuite à tous leur première bénédiction.

Les après-midis étaient occupés par le travail réparti dans plus de 20 groupes d’atelier sur différents thèmes. Les ateliers de danse ont eu particulièrement beaucoup de succès, ainsi que ceux du sport, de protection civile, tout comme les ateliers moins dynamiques tels ceux de Bible, de presse, ou ceux consacrés à la radio et à l’art dans lequel les jeunes ont pu peindre la première icone de leur vie, guidés par l’artiste Zdzislaw Pekalski. Le jardin des jésuites devient, durant les JIJ, pour certains une scène de théâtre, un studio d’enregistrement ou la rédaction d’un journal, pour d’autres, en même temps, une gallerie d’art, ou bien un lieu d’exercice de protection civile. Le divertissement caractérise les soirées, avec ‚les concerts inoubliables et des veillées. Il est temps de s’amuser, et beaucoup – cela va sans dire. Il est évident que les jeunes peuvent se divertir sans alcool ni drogue, et qu’à travers le divertissement, nous pouvons exprimer notre joie. Mais c’est aussi le temps de la réflexion, exprimée par les paroles des chansons, et les veillées organisées par les novices jésuites.′ La découverte de la jeunesse a de nombreuses dimensions. Les jeunes renoncent durant ces jours à l’utilisation du téléphone portable, à l’écoute des baladeurs, à l’accès à internet, et personne ne limite l’amitié à soi même. Tomek raconte ainsi ses premiers moments: « … l’animateur m’a proposé une idée qui, au début, ne me plaisait pas, c’est à dire de débrancher le téléphone portable et de ne pas l’utiliser durant les JIJ, mais à vrai dire, il ne m’était pas tant nécessaire!!! Il y avait tellement de personnes, qu’on ne sentait pas le manque de ces appareils! Chacun a plus de temps pour soi; durant ces journées on se sent vivre la vie de manière totale. Et personne, vraiment personne, ne veut rentrer à la maison, mais il faut bien. Retournons de nouveau à nos vies, à nos questions, à nos problèmes, en ayant continuellement le souvenir des Journées Ignatiennes de la jeunesse et du MAGIS, qu’on se souvienne que malgré les adversités, il faut suivre le Christ, tous les jours, et qu’il faut se battre et avancer toujours plus loin, et se connaitre plus profondément soi-même ainsi que Dieu.»

Les Journées Ignatiennes de la Jeunesse sont la fête de ceux qui se sentent proches de la spiritualité de S. Ignace, de ceux qui, aujourd’hui encore, désirent être témoins de la découverte de Dieu en toutes choses. L’enthousiasme et la joie des jeunes sont le meilleur témoignage du fait qu’il se trouve en eux un énorme besoin de partage du bonheur et de soutien durant les épreuves de la vie de tous les jours. Les JIJ ont montré, à nous jésuites, combien est important le travail au milieu des jeunes et combien ils sont heureux de vivre de grands désirs, à la manière de notre fondateur saint Ignace.

 

Andrzej Migacz, S.J. e Paweł Brożyniak, S.J.
Traduction de Laurent Basanese, S.J.
 
  • Podziękowania